Nombre total de pages vues

mercredi 29 novembre 2017

Il était une fois dans l'Ouest.

C'est mercredi. Journée cinéma, journée des sorties.




Moteur !

Il était une fois dans l’Ouest, le Bon, évidemment c’est moi, rencontra une Brute, qui, en me croisant, m’empoigna par les revers  de ma veste. Elle sentit, tout de suite, mon refus d’obtempérer. Pourtant mon assaillante était belle, mais je tenais à ma fidélité.

Avec un balayage de la jambe, elle me propulsa à terre, se mis à cheval sur mon torse. Puis, après une gifle, elle enleva avec énergie, un à un, mes vêtements. Je me retrouvais aussi nu qu’un vers. Elle finit par enfoncer ses ongles dans ma chair, telle une tigresse. Des marques rouges apparurent sur ma peau.

Enfin, elle se laissa glisser sur mon corps. Nue sous sa jupe relevée, elle s’empala sur ma verge, curieusement tendue, à croire que ce manque de tendresse, finalement m’excitait.


A partir de ce moment là, la Brute me fit que du bien et je ne vis pas le Truand qui disparaissait avec mes fringues, mon oseille et mon cheval.

Il faut que je me réveille là et quitter les westerns de mon enfance. Je suis complètement à l'Ouest.


2 commentaires:

  1. Te voilà bien en victime consentante qui se fait dépouiller, au sens propre et au sens figuré.

    RépondreSupprimer