Nombre total de pages vues

mercredi 27 septembre 2017

Vers d'autres soleils.



Le temps d’offrir sa peau nue aux rayons de soleil,
sur une plage de sable blanc, est révolu, en cette saison.

Du moins pour le moment, un billet d’avion est toujours possible.
Mais, Nathalie, essaie de mettre au profit de son bien être,
le froid qui est revenu sur le pays.
Les robes légères, et maillots de bain, sont rangés dans les cartons,
Au- dessus de l’armoire.

Elle sort toute pimpante, de la salle de bain, coiffée et maquillée.
Le peignoir tombe au sol. Elle est nue devant la grande glace.
Elle soupire en caressant ses seins et son ventre.
Elle frôle même sa toison, qu’elle a peu fournie.
Des frissons lui parcourent le corps.
Elle se retourne et sort de sa garde robe, une guêpière.
Lentement ses doigt, referment les agrafes, une par une,
du tissu transparent à dentelles noires.
Elle remonte du bas vers le haut, jusqu’à comprimer sa poitrine.
Toujours sans précipitation, la lingerie enveloppe son corps.
Habilement, elle fait pivoter le tissu, pour que les agrafes
se retrouvent dans son dos. Elle s’assoit sur le rebord du lit,
avant d’exhiber une paire de bas, pour en habiller,
joliment et sensuellement ses jambes.
Le nylon remonte gracieusement sur ses cuisses.
Ses gestes sont lents et délicats,
comme si elle voulait déjà séduire.
Mais pour l’instant, les seuls yeux qui l’admirent
sont les siens. Elle ajuste, dans ses pieds, pour finir,
une paire d’escarpins noirs, à talons hauts
Elle se relève et admire, dans la glace, sa silhouette gainée.
Le sous vêtement en tulle et en dentelles, accentué par les baleines,
amplifient les courbes de son corps : les hanches bien dessinées,
les seins gonflés dans un décolleté parfait.
Elle replonge dans sa garde robe pour dénicher un manteau,
imitation fourrure, qu’elle enfile. Il lui arrive mi cuisses.
Elle le referme. On sent tout un bien être, en elle.
Elle sourit au miroir qui reflète son personnage coquin,  et se parfume le cou.

Puis, elle sort gagner la première bouche de métro, en fendant la foule…


6 commentaires:

  1. Deux commentaires:
    1- "Chaque femme est sa propre poupée, qu'elle habille et arrange." a écrit Alphonse Karr. Ça me paraît très vrai, et ton texte le reflète bien.
    2- C'est un grand plaisir de sortir ainsi comme Nathalie. En auto, en métro, de préférence avec un sextoy dans sa poche, seule ou avec une amie complice et identiquement vêtue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1. Elle est belle cette citation de Alphonse Karr. Elle vous va tellement bien. C'est très sensuel.
      2. Je crois savoir que tu es adepte de ce genre de sortie, et je pense aussi que tu préfères les aventures nocturnes accompagnées.

      Supprimer
    2. 1- N'est-ce pas qu'elle est belle!
      2- Oui

      Supprimer
    3. 1. ...et j'adore jouer à la poupée.
      2. Surtout les nuits de pleine lune...si j'ose dire.

      Supprimer
  2. Très sensuelle cette séance d'habillage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai Romane.
      Tu es connaisseuse.
      Bise.

      Supprimer