Nombre total de pages vues

mercredi 23 août 2017

Fille de rêve.



Elle est là, assise sur une serviette voisine, à peine à trois mètres de moi. Elle n’était pas encore arrivée, tout à l’heure. Sans doute, s’est-elle installée, pendant mon léger sommeil. Je suis allongé sur le ventre, sur le sable blanc, la tête reposée sur mes avant- bras. Je viens d’ouvrir les yeux et c’est une agréable surprise qui m’attend, avec elle, en point de mire.

Elle est magnifique, avec ses longs cheveux, qui flottent au bon vouloir de la brise chaude qui balaie la plage. Sa peau est déjà d’une jolie couleur mate, me révélant qu’elle doit venir depuis plusieurs jours surement, l’offrir au soleil chanceux. Son maillot  lui va à merveille. Elle est là assise, tout près de moi, véritable cadeau de la nature. Ses longues jambes sont repliées, sur son ventre, ses cuisses au contact de sa poitrine. Elle a choisit cette position pour parcourir un livre, en appui sur ses genoux. C’est quand elle en change, en se mettant, sur le côté, face à moi, que toute sa beauté vient illuminer mon regard.

Le livre est maintenant sur la serviette, maintenu par ses jolis doigts. Elle est en appui sur un coude. Ses seins, dont l’un est pourvu d’un grain de beauté, jolie touche de la nature, se gonflent à chaque mouvement de respiration. Leur galbe est accentué par son haut, dont la poitrine semble vouloir s’échapper. Son autre bras repose sur le haut de sa hanche, qui est superbement dessinée. Ses jambes sont étendues de tout leur long, en alignement de son corps. En haut de ses cuisses, ce petit triangle  fait vagabonder mon esprit.

Son joli minois, toujours balayé par ses longs cheveux bruns, finalise, sa beauté que l’on peut comparer à celle d’une Monica Bellucci, au corps si pulpeux. Elle semble paisible à dévorer son livre.
Tous mes sens sont en éveil, quand la main douce de ma compagne, juste à mes côtés, change les sensations de chaleurs dues à la morsure du soleil, mais aussi, m’enlève de mes rêves pas sages, du tout, animés par les images de mon film que je me faisais avec ma voisine. Les cris de la plage reviennent à mes oreilles, avant que la douce voix de mon amante m’invite.

«  On va se baigner ? »

J’accompagne ma tendre aimée vers l’Océan. Après avoir goûté aux biens  faits de l’eau fraîche et de l’air iodé, nous remontons, main dans la main, en s’enfonçant légèrement dans le sable blanc et chaud. Mais là, ma déception doit se voir sur mon visage. Ma douce créature de tout à l’heure, a disparu, laissant un grand vide, près de nos serviettes. Juste à peine, la déformation du sable, à l’endroit où elle était, m’indiquant que je n’avais pas rêvé. Pâle consolation.

Elle ne se doutera jamais, qu’elle fera partie de mes prochaines nuits, qu’en pensées, mes mains ont caressé sa peau, ses formes ; que ma bouche l’a embrassée, mordillée, sucée ; qu’en secret, je l’ai imaginé lui faire l’amour. Elle m’aura offert un joli moment de fantasmes, sur cette plage, à moi, le cœur déjà pris et joliment pris...Tout va bien.

2 commentaires:

  1. Le caractère éphémère de sa présence renforce certainement ton fantasme. Très jolie description...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ophélie.
      Le sable chaud nous offre,
      des fois, de belles surprises,
      de belles pensées, dures (c'est le mot)
      à contenir...Heureusement, la fraîcheur
      de la grande bleue, nous ramène à la vérité.
      Mais, cette image, nous reste gravée dans la tête,
      et anime nos nuits.

      Supprimer