Nombre total de pages vues

samedi 10 juin 2017

Belle.



Belle, vous l’êtes, assurément, Belle.
Que vous soyez, hétérosexuelle, homosexuelle ou bisexuelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
De tous temps, croisée, avec une ombrelle, sous une tonnelle,
Belle, vous l’êtes, assurément, belle.
N’importe où, rencontrée dans une ruelle ou une venelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Quand vous vous faites, gazelle, demoiselle ou hirondelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Tout en vous me fait de l’effet, votre gestuelle mêlée à une bretelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Mais aussi, quand vous vous parez de flanelle, de jarretelles ou dentelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Et que dire, quand on réussit à grimper au haut de votre citadelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Et quand tout devient corporel, passionnel, après un dîner chandelles
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Quand vous n’êtes plus que  sensorielle, sensuelle et sexuelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Quand de votre fruit prunelle ou mirabelle, tout de vous, ruisselle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.
Votre goût cannelle, tout m’ensorcelle, je vous veux éternelle,
Belle, vous l’êtes, assurément,  belle.










2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Vous le méritez tant, Ophélie.
      Je fais ce que je peux pour
      vous prouver mon amour.

      Supprimer