Nombre total de pages vues

vendredi 31 mars 2017

Mon doigt sur ton corps (Douceur matinale)



Tu dors près de moi. Le soleil, qui chauffe déjà notre chambre, dessine sur ton corps des rais de lumière. Le drap ne te couvre même plus. Il est défait au bas du lit.


Je t’admire, la tête en appui sur ma main. Je ne veux pas te réveiller. Pourtant, je ne peux m’empêcher de te toucher.

Je risque un doigt sur ta chevelure ondulée. Je frôle ton front. Jose même effleurer ta paupière que tu peindras, plus tard, de ce bleu qui te va si bien, . Tu noirciras aussi tes longs cils recourbés naturellement. Mon doigt descend, tout doucement, sur l’arête de ton nez et continue sur tes lèvres épaisses.

Puis je plonge, toujours avec la légèreté dune feuille, dans ton cou. Mon index remonte maintenant, sur un sein. C’est ce moment que tu as choisi pour soupirer un peu plus fort.

Non, je ne veux pas te réveiller. Mon doigt s’immobilise sur ta peau. Mais tes yeux restent clos. Ce gémissement n’a fait qu’amplifier mon plaisir, gonflant ta poitrine déjà généreuse. Légèrement, je passe sur le téton qui me fait toujours autant d’effet. J’arrive au galbe du sein. Je prends mon temps pour descendre sur ton ventre plat.

J’effleure, ensuite, en décrivant des ronds, ton nombril. Plus bas, c’est ton pubis, que mon doigt rencontre. Jaime aussi le toucher de tes poils ras, qui contraste avec celui, plus doux, de ta peau.

Ton puits d’amour est à portée de doigt, tes jambes sont croisées, lune sur l’autre. Non, je ne veux pas te réveiller. Mon index continue sur ta cuisse, autour de ce grain de beauté que j’aime tant.

Tu soupires, une nouvelle fois, plus fort. Tes yeux restent fermés.

Alors, j’approche mon doigt de ma bouche, l’embrasse et vient déposer mon index sur tes lèvres, en guise de baiser.

Plus tard, dans la journée, je te ferai l'amour. Je te ferai jouir. Pour l’instant, dors ma belle. Dors.




2 commentaires:

  1. C'est beau. Mais je suis sûre qu'elle ne dort pas. Elle te le fait croire. C'est encore plus beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bon de parcourir un corps ainsi, Ophélie.
      Même, si elle faisait semblant de dormir,
      elle voulait rester plongée en demi-sommeil,
      pour ressentir tous les bienfaits
      de cette légère caresse.

      Supprimer